© 2016 Ventonanostra Créé avec Wix.com 

Venthône, Suisse

  • Facebook Clean

Divers 

Article JDS 1973
Patrimoine sauvé:
Le jds | Vendredi 4 mars 2011:

L’exemple de Venthône

Faire apprécier en montrant. Si on ne le fait pas maintenant, on perd notre histoire, nos racines. On peut tirer un parallèle avec le patois, dont seules quelques personnes le parlent encore à Lens», relève Georgie Lamon.

Finalement, l’action menée par ce passionné tient en quelques mots: aimer et faire aimer le coin de pays dans lequel on vit. Légitime et primordial.

B.C. | Dans ses démarches, Georgie Lamon cite souvent en exemple la commune de Venthône. Il est vrai que celle-ci, en termes de protection du patrimoine, a un coup d’avance. Au début des années 2000, sous l’impulsion notamment du conseiller Pierre Mermoud, Venthône a réalisé un inventaire du patrimoine bâti du village, et a classé les objets selon leur valeur architecturale. Mieux, en 2010, est entré en vigueur un règlement communal relatif à la sauvegarde des bâtiments et à la distribution de subventions pour leur restauration. Selon Pierre Mermoud, très peu de communes valaisannes disposent d’une telle loi, et de citer, à sa connaissance, Monthey, Vionnaz et Vétroz.

Mais l’ancien politique voulait aller encore plus loin, désirant sensibiliser les habitants et les jeunes aux joyaux que recèle Venthône. «Le patrimoine peut être menacé par la méconnaissance ou l’indifférence, par des intérêts particuliers, parfois spéculatifs. Il faut protéger le patrimoine en péril.» Fort de ces constats, Pierre Mermoud, avec quelques autres et la collaboration de l’Etat du Valais, a fondé l’association Ventona Nostra en janvier 2010. Il en est le président. «L’association est bien perçue. En une année, nous avons atteint 84 membres et nous voulons encore nous développer.» Concrètement, le groupement a initié deux grandes démarches. Premièrement, sauver la Maison Perretan-Rey datant de 1578, qui est à vendre. «Nous voulons convaincre la Municipalité de l’acquérir pour l’affecter à l’administration communale ou à une autre utilité», précise Pierre Mermoud. Deuxièmement, Ventona Nostra a fait opposition au projet de route de contournement de Sierre.

L’itinéraire passerait à l’ouest du village, au milieu du vignoble. «Ce serait une sévère atteinte au paysage», lance le président. L’association travaille également sur d’autres projets, comme la constitution d’un catalogue photographique de Venthône, l’acquisition d’outillages du passé, la sensibilisation des nouveaux arrivants au patrimoine villageois, et le travail avec les écoles. «Il existe des trésors en Valais, même si tous les villages n’ont pas d’objets à sauvegarder. Mais le canton a un déficit à ce niveau», conclut Pierre Mermoud.

Patrimoine de Venthône: commune et Ventona Nostra "complémentaires" - 17.11.2011 - 08h00

Journaliste: Guillaume Rey

Venthône a sa propre association de défense du patrimoine. A l’instar de Sedunum Nostrum à Sion, Ventona Nostra existe depuis janvier 2010 dans ce village de 1200 âmes. Un village reconnu officiellement comme «site construit d'importance nationale, avec des qualités historico-architecturales supérieures». Actuellement, l’association compte une centaine de membres, essentiellement issus du village. Elle tenait ce mercredi son assemblée générale biannuelle. L’occasion de rappeler ses activités de sensibilisation auprès des jeunes et des nouveaux résidents du village, de souligner la création d’un site web, mais aussi de faire le point sur l’opposition déposée contre la variante Nord de la route Sierre-Crans-Montana. Cette prise de position a-t-elle plombé les relations entre la commune et l’association? Pas pour Pierre Mermoud, président de Ventona Nostra. Pas plus pour Gérard Clivaz, président de Venthône, qui parle de «complémentarité» entre la commission patrimoine de la commune et l’association. Concernant cette route, Gérard Clivaz rappelle que la commune a uniquement donné un «préavis favorable à la poursuite d’une étude d’avant-projet». Une solution se profilant à l’Est, elle a également demandé au canton une étude par un bureau neutre afin de mettre ces deux alternatives en concurrence.

RADIO-RHÔNE

L'INFO A CHAUD: